Pourquoi isoler ses combles ?

by admin2542 on 15/01/2020 No comments

Un logement mal isolé entraîne des déperditions énergétiques. Ces déperditions impactent directement votre facture de chauffage. Les combles mal isolés peuvent entraîner jusqu’à 30% de pertes de chaleur. C’est l’une des principales source de perte de chaleur.

Jusqu’à 30% de pertes thermiques à cause d’une mauvaise isolation

Les déperditions de chaleur sont un véritable enjeu de la rénovation énergétique. Grâce à de nombreuses solutions et notamment l’isolation, le logement va pouvoir conserver un maximum de chaleur pour ainsi faire des économies d’énergie. Les déperditions de chaleur sont très nombreuses : par le toit, par les fenêtres, ou encore les murs. Elles sont la cause, entre autres, de factures de chauffage très élevées.

Qu’est-ce que les combles perdus ?

Les combles perdus sont des combles inhabitables car la charpente est trop encombrante et la hauteur sous plafond insuffisante.

Pour ce type de comble, les équipes certifiées Viaréno réalisent une isolation par soufflage de flocons d’isolants. Cette méthode est très efficace et rapide à appliquer.

Qu’est-ce que les combles aménagés ?

Les combles aménagés sont des combles habitables car la charpente n’encombre pas l’espace sous toit. Pour qu’ils soient confortables, les combles aménagés font à minima 1 mètre 80 centimètres de hauteur pour une pente de toit supérieur à 28%.

L’isolation des combles aménagés doit permettre au propriétaire d’utiliser l’espace disponible dans ses combles. Pour cela, les équipes certifiées Viaréno réalisent une isolation sous rampant. Concrètement, les techniciens agrafent un isolant sous forme de rouleau ou de plaque directement à l’intérieur du toit.

Il existe des aides pour réaliser une isolation des combles aménagés mais l’isolation ne sera pas gratuite (contrairement à l’isolation des combles perdus).

Mieux isoler pour faire des économies d’énergie

L’isolation des combles à 0 euro est aujourd’hui l’une des solutions les plus performantes en matière d’économie d’énergie avec la Pompe à Chaleur Air-Eau. Les logements dits « passoire énergétique » vont entraîner beaucoup d’inconvénients, à commencer par la facture de chauffage qui sera particulièrement élevée : le chauffage doit combler les déperditions par une surchauffe pour que le logement ne soit pas froid. Ensuite lorsque les murs ou les fenêtres sont mal isolés, il y a de nombreuses surfaces froides. Ces surfaces sont froides au toucher mais elles dégagent aussi du froid dans la pièce qui peut créer des courants d’air froids pas très agréables. Isoler son logement permet ainsi de combattre toutes ces sources de froid. En somme, isoler permet de gagner en confort mais aussi en budget chauffage.

De nombreuses possibilités en isolation

Pour le confort thermique il y a tout intérêt à isoler ses combles perdus ou aménageables. Ne pas isoler ses combles fait perdre jusqu’à 30% de la chaleur. Pour remédier à cela, il est possible de faire isoler ses combles pour zéro euro avec Viaréno pour les combles perdus.

 

read more
admin2542Pourquoi isoler ses combles ?

Comment les panneaux solaires photovoltaïques produisent-ils de l’électricité ?

by admin2542 on 14/01/2020 No comments

Depuis quelques années, nous entendons de plus en plus parler des panneaux solaires photovoltaïques. Mais savons-nous vraiment comment fonctionne cette source d’énergie renouvelable ? Dans cet article, vous apprendrez tout ce qu’il faut savoir sur la manière dont les panneaux photovoltaïques produisent de l’électricité.

La technologie photovoltaïque : le secret derrière l’énergie solaire

À la base de l’énergie solaire se trouve la technologie photovoltaïque : c’est une technologie qui, grâce à la lumière du soleil, permet de créer un mouvement entre les protons et les électrons, ce qui crée le courant électrique.

 

Qui a découvert l’effet photovoltaïque ?

L’effet photovoltaïque a été découvert par un physicien, Alexandre Edmond Becquerel. Lors de ses recherches, il a découvert que certains matériaux, exposés à la lumière, pouvaient produire de petites quantités d’électricité. Son travail a ensuite été repris par nul autre qu’Albert Einstein : en 1905, il publie un article sur le potentiel de production d’électricité à partir de l’énergie solaire. C’est ce document qui explore l’effet photovoltaïque, technologie sur laquelle est fondée le panneau solaire.

La première « cellule solaire » (aujourd’hui appelée cellule photovoltaïque) fonctionnelle a été créée en 1916 : il y a déjà plus d’un siècle ! Malheureusement, les progrès autour de la technologie photovoltaïque ont stagné car leur rendement n’était pas optimisé : les matériaux coûtaient trop cher et leur rendement était mauvais.

Ce n’est heureusement plus le cas aujourd’hui : grâce aux progrès scientifiques et technologiques, les panneaux photovoltaïques sont devenus une source d’énergie renouvelable rentable et de plus en plus performante.

Quels sont les matériaux qui permettent de produire de l’énergie solaire ?

Pour produire de l’énergie solaire, il n’est pas possible d’utiliser n’importe quel métal : il faut employer des métaux avec des propriétés spécifiques. Dans la liste des métaux utilisés pour créer du courant à partir de panneaux solaires, nous retrouvons :

  • Le silicium
  • Le bosphore

Chaque panneau solaire est en effet composé de plusieurs petites cellules photovoltaïques assemblées entre elles, qui sont toutes construites à base de silicium et de bosphore. Le silicium a pour propriété d’être chargé négativement : c’est-à-dire de comporter plus d’électrons que de protons. Le bosphore, au contraire, a une charge positive : il comporte plus de protons que d’électrons.

Que sont les protons et les électrons ?

Les électrons et les protons sont tous les deux des composants des atomes. Les électrons ont pour propriété physique d’être chargés négativement ; tandis que les protons sont chargés positivement. Les protons se trouvent dans le noyau de l’atome, ils sont fixes. Les électrons, eux, gravitent autour du noyau et peuvent se déplacer d’un atome à un autre.

Comment marchent les cellules photovoltaïques ?

Comme nous l’avons vu plus haut, une cellule photovoltaïque est composée de deux métaux : le silicium et le bosphore. Le silicium est posé en fine couche, puis sur une deuxième couche dans laquelle on intercale une pastille de bosphore. Il y a donc une couche chargée négativement et une couche chargée positivement : comme les bornes d’une pile électrique. C’est la cellule photovoltaïque. Grâce aux différentes charges électriques de ces deux couches, lorsque les rayons de soleil frappent la surface de la cellule, il se produit le phénomène suivant :

  • Les électrons s’agitent et se déplacent
  • Les protons attirent les électrons
  • Les électrons circulent jusqu’au prochain proton, créant ainsi un courant continu

C’est comme ça que l’énergie solaire permet de créer un courant électrique. Tout est basé sur les cellules photovoltaïques qui fonctionnent selon un principe de donneur et de receveur d’électrons.

Quels sont les différents types de cellules photovoltaïques disponibles sur le marché ?

Bien sûr, il n’existe pas qu’un seul type de cellule photovoltaïque : avec le temps, les technologies ont évoluées, permettant de créer des cellules photovoltaïques au rendement énergétique de plus en plus efficace. D’une manière générale, on peut considérer que les cellules des panneaux solaires sont composées d’une pile de matériaux :

  • Une couche supérieure active, ou absorbeur : elle est constituée d’un premier matériau qui joue le rôle d’accepteur d’électrons, et d’un second matériau qui lui a pour rôle de donner les électrons. Cet ensemble forme une jonction donneur-accepteur.
  • Des contacts métalliques avant et arrière : ce sont eux qui constituent les électrodes positives et négatives, qui sont chargées de collecter le courant généré par le déplacement d’électrons.
  • Des couches additionnelles qui peuvent avoir le rôle d’anti-reflet ou qui sont plus fortement dopées : les deux types de couches permettent d’améliorer les performances de la cellule et donc le rendement de l’installation photovoltaïque. Elles permettent une meilleure absorption de la lumière et une meilleure diffusion des porteurs de charges (les électrons) dans le matériau.

Comment différencier les types de cellules photovoltaïques ?

Toutes les cellules photovoltaïques ont des éléments communs, comme nous l’avons vu plus haut. Cependant, grâce aux progrès technologiques réalisés dans le cadre de la transition énergétique, il existe désormais trois familles de cellules photovoltaïques qui possèdent chacune leurs caractéristiques propres. L’élément qui crée la différence entre un type de cellule photovoltaïque et une autre, c’est principalement la nature de ce qu’on appelle l’absorbeur. Son choix va ensuite conditionner tout le reste du processus de fabrication d’une cellule photovoltaïque.

Il existe trois familles de cellules :

  • Les cellules au silicium cristallin : l’élément actif de ces cellules est le silicium dopé dans la masse. C’est la technologie la moins récente, mais c’est celle qui est utilisée dans 90% des panneaux solaires installés aujourd’hui. En effet, il s’agit d’une cellule photovoltaïque robuste et performante, avec une durée de vie de trente ans, et sur laquelle beaucoup de recherches ont été menées.
  • Les cellules à base de couches minces : elles fonctionnent selon un principe de dépôt du matériaux semi-conducteur à faible épaisseur sur des substrats donnant un aspect uni, qui peuvent être variés. Ces cellules produisent des installations photovoltaïques de rendement légèrement inférieur, et tendent à être de moins en moins utilisées, malgré leur plus faible coût de production.
  • Les cellules à base de photovoltaïque organique : c’est une des branches de la technologie photovoltaïque sur laquelle la recherche se penche de plus en plus depuis quelques années. A terme, le but est de pouvoir produire des cellules photovoltaïques à bas coût pour pouvoir en élargir les domaines d’applications. Le principe est simple : les cellules utilisent les cellules à colorants de Michael Grätzel en variant le type de matériaux utilisés. Pour l’instant, leur rendement n’est pas encore optimisé, et leur durée de vie est limitée.

 

Les sous-types par familles de cellule photovoltaïques

Pour chaque grande famille de cellule photovoltaïque, il existe différents sous-types :

  • La famille des cellules en silicium cristallin : il existe deux sous-types de cellules, les cellules en silicium monocristallin (sc-Si ou mono-Si) et les cellules en silicium multicristallin (mc-Si / poly-Si).
  • La famille des cellules à couches minces, intégrant quatre sous-types de cellules photovoltaïques : Les cellules en tellurure de Cadmium (CdTe), les cellules en cuivre indium (gallium) sélénium (CIS & CIGS), les cellules en silicium amorphe hydrogéné (a-Si-H) et microcristallin (μc-Si), et enfin les cellules à arséniure de Gallium (GaAs) et matériaux III-V.
  • La famille des cellules organiques : il y a les cellules à colorant (DSC), les cellules à polymères, ainsi que les cellules à pérovskites.

Une autre famille de cellules photovoltaïques : les cellules hybrides

Les cellules hybrides rassemblent les cellules qui mettent en présence diverses technologies de différentes natures afin d’atteindre les rendements les plus optimisés possible. Cette catégorie comporte les cellules multi-jonctions et les cellules à concentration.

L’énergie produite par les panneaux solaires : comment est-elle utilisée ?

Un panneau photovoltaïque, installé seul, produit de l’énergie en continu : si une lampe est directement branchée dessus, elle va s’allumer plus ou moins intensément selon la quantité d’énergie reçue, voire s’éteindre complètement s’il n’y a plus d’énergie, ou griller s’il y en a trop.

L’élément qui permet de convertir le courant continu en courant alternatif : l’onduleur

Un onduleur, ou micro-onduleur, est une pièce importante dans le cadre d’un usage de l’énergie renouvelable solaire. Il s’agit en effet de la pièce qui transformer le courant continu – qui n’est pas utilisable tel quel – en courant alternatif monophasé avec une tension nominale de 230V : le courant standard pour une habitation.

Quel est l’onduleur le plus pertinent ?

L’onduleur le plus pertinent est le micro-onduleur, qui transforme directement le courant continu en courant alternatif. Il peut donc l’envoyer soit dans le réseau ERDF, soit dans votre réseau, selon le rendement de votre installation photovoltaïque. Comme il est petit et léger, on peut le placer directement à l’arrière d’un panneau photovoltaïque. Suivant la taille du dispositif photovoltaïque, il faudra un ou plusieurs onduleurs : pour chaque panneau solaire, il est nécessaire d’installer un onduleur afin de pouvoir exploiter l’électricité produite par votre panneau photovoltaïque.

Comment est employée l’énergie solaire ?

L’énergie solaire peut être exploitée de deux manières différentes :

Pour un usage collectif : l’énergie solaire est directement envoyée dans le réseau ERDF afin d’être redistribuée aux autres foyers et infrastructures n’ayant pas un accès direct à une source d’énergie renouvelable autonome.

Pour un usage domestique : l’énergie solaire est utilisée afin d’alimenter sa maison et ses appareils électroménagers. L’énergie en trop peut être revendue à ERDF (sous certaines conditions : suivant le type d’installation, les tarifs de rachats peuvent être plus ou moins avantageux). Si, au contraire, votre installation photovoltaïque ne suffit pas à subvenir à tous vos besoins en matière d’électricité, le réseau ERDF peut prendre le relais et compléter en fournissant un apport en énergie supplémentaire. Dans tous les cas, c’est un pas de plus dans la transition énergétique vers des énergies renouvelables.

En clair, vous pouvez tout à fait installer un panneau photovoltaïque (ou plusieurs) chez vous sans pour autant devoir compter uniquement sur ceux-ci pour produire totalement votre électricité.

Le futur de la technologie photovoltaïque

La technologie photovoltaïque fait partie de celles autour desquelles l’on fait le plus de recherches, du fait de sa facilité de mise en place et de sa discrétion. La France investit dans l’énergie solaire et ses entrepreneurs développent de plus en plus d’innovations dans le domaine de l’énergie solaire. Celle-ci est en effet devenir déterminante pour effectuer la transition énergétique afin de sortir progressivement des énergies fossiles, qui sont en train de s’épuiser.

Les nouveaux types de panneaux solaires photovoltaïques

Dans la perspective de réduire au maximum les coûts de production des matériaux nécessaires à la production d’énergie photovoltaïque, deux nouveaux types de panneaux solaires ont été développé :

  • Les panneaux solaires photovoltaïques ultra fins : leur épaisseur est seulement de 4mm, et en plus, leur surface est flexible, ce qui permet une plus grande adaptabilité au niveau de l’installation.
  • Les peintures photovoltaïques : plus besoin d’installer des panneaux sur votre toit, il existe désormais de la peinture photovoltaïque. C’est ce que nous promet une université australienne : cependant, les coûts de production ne sont pas encore maîtrisés. De même, leur rendement n’a pas encore été vérifié et on ne peut pas dire pour l’instant s’il s’agit d’une solution durable qui peut se généraliser ou si elle va être rapidement abandonnée.

En bref, les panneaux solaires photovoltaïques ont déjà atteint un très bon rendement d’un point de vue énergétique et sont de plus en plus rapides et facile à installer. Intéressé.e ?

read more
admin2542Comment les panneaux solaires photovoltaïques produisent-ils de l’électricité ?

5 idées déco en récup’ facile à réaliser

by admin2542 on 08/01/2020 No comments

Envie de créer une décoration personnalisée à moindre coût et écologique ? Dans cet article, découvrez 5 idées de décoration recyclage facile à réaliser. Bouteille, ampoule, manche à balai… Donnez une seconde vie à vos déchets !

Ce dont vous avez besoin : une ampoule, du fil de fer, une scie, un tournevis, une lime.

Réalisation : commencez par scier la base de votre ampoule, au niveau du pas de vis en tournant régulièrement l’ampoule, puis limez le contour. Il ne faut pas que l’ampoule se casse. Par précaution, équipez-vous de gants et de lunettes. Placez le tournevis dans la base de l’ampoule et forcez : le porte-filament de verre est désolidarisé de l’ampoule, vous pouvez le sortir afin que l’ampoule soit vide. Avec le fil de fer, créez de quoi suspendre votre ampoule. Mettez un peu d’eau, choisissez vos fleurs et suspendez votre création !

 

Ce dont vous avez besoin : 6 manches à balai en plastique coloré ou simple, un ruban adhésif, une peinture aérosol au choix, une corde colorée ou simple.

Réalisation : pour commencer, enroulez le ruban adhésif en spirale autour d’un manche. Cela va vous permettre de créer un motif sur certains balais. Répétez l’opération pour deux autres balais. Peignez-les à la bombe puis attendez qu’ils soient secs pour enlever le ruban adhésif. Le motif apparaît. Vous pouvez tout aussi bien les laisser tel quel ou tenter un autre motif selon votre goût. Pour finir, assemblez les 6 manches grâce à la corde que vous aurez noué au centre des balais. Vous avez maintenant un porte-manteau unique et personnalisé !

 

Ce dont vous avez besoin : des cagettes en bois, du papier de verre, de la peinture (couleur au choix), une visseuse, deux crochets, du fil de fer.

Réalisation : commencer par poncer légèrement vos cagettes à l’aide du papier de verre pour lisser la surface. Peigniez ensuite l’intérieur de vos cagettes selon votre goût. Lorsque c’est sec, vissez deux crochets au dos des cagettes puis tendez un fil de fer en l’enroulant autour de chaque crochet. Il n’y a plus qu’à les fixer au mur et vous avez vos étagères originales !

 

 

Ce dont vous avez besoin : un pot de confiture en verre ou en métal avec son couvercle, un marteau, un clou, une douille, une ampoule

Réalisation : percez progressivement le couvercle de votre pot grâce au marteau et au clou de sort à ce que le trou réalisé soit assez grand pour accueillir votre douille. Glissez-y votre douille et visser une ampoule. Et voilà, vous avez une nouvelle suspension originale et faite maison.

Ce dont vous avez besoin : une boîte de conserve, de la peinture (au choix), de la sous-couche.

Réalisation : lavez votre conserve à l’eau chaude pour retirer l’étiquette. Enlevez les résidus de colle. Peigniez votre conserve avec une sous-couche, la couleur finale accrochera mieux. Décorez selon votre goût : étiquette, motifs… Glissez-y vos couverts et admirez le résultat : un range-couvert personnalisé !

Un Français produit 390 kg d’ordures ménagères par an et une famille jette en moyenne dix emballages par jour. Donnez une seconde vie à vos déchets en créant votre propre déco et faites un geste pour la planète.

Source : Maison&travaux

Crédit photo : Pinterest

read more
admin25425 idées déco en récup’ facile à réaliser

Qu’est-ce qu’une entreprise certifiée RGE ?

by admin2542 on 07/01/2020 No comments

Pour vos travaux, il vaut mieux privilégier une entreprise certifiée RGE. Mais pourquoi ?

Qu’est-ce que la RGE ?

La certification (ou norme) RGE signifie Reconnu Garant de l’Environnement. C’est un label dont disposent artisans et entreprises qui ouvre droit à des aides lorsque les ménages réalisent des travaux, notamment de rénovation énergétique

Depuis quand la norme RGE existe-t-elle ?

Le déploiement de l’éco-prêt à taux zéro depuis le 1er septembre 2014 a contribué au développement du label RGE.  Ce label permet de bénéficier d’un taux d’intérêt intéressant : les particuliers ont tout intérêt à effectuer des travaux de rénovation exécutés par un prestataire certifié RGE.

Aujourd’hui, l’État continue sa politique d’attribution d’aides sur la base de la norme RGE à travers le crédit d’impôt transition énergétique qui oblige les prestataires à présenter la certification RGE.

Le label RGE est accordé par plusieurs organismes comme la norme Qualibat, la norme Qualif’Elec (équivaut au Qualibat électricité), l’éco-artisan ou le Qualit’ENR. Ces organismes ont la charge d’animer les formations nécessaires à l’obtention du label.

Quel est l’objectif de la norme RGE ?

Le label RGE vise à sensibiliser les artisans d’un point de vue écologique et développement durable pour la réalisation de leurs prestations. L’objectif est de former et sensibiliser aux enjeux de la transition écologique. Les clients sont ainsi conseillés dans ce sens et les habitations évoluent de sorte à réduire leur consommation énergétique comme pour le bâtiment basse consommation.

Le label isolation, par exemple, permet aux professionnels la réalisation de nombreuses solutions écologiques et surtout il permet d’expliquer les avantages à ses clients.

Comment une entreprise obtient-t ’elle la norme RGE ?

La certification RGE est une norme, un label. Pour pouvoir afficher la norme RGE, le prestataire doit déposer un dossier administratif et technique auprès d’un des organismes de certification qui validera ou non la certification qui permettra à ses clients d’être éligible aux différentes aides de l’État.

 

 

 

 

Quels sont les impacts de la norme RGE pour les clients ?

Confier ses travaux à une entreprise certifiée RGE c’est :

  • Un gage de qualité qui prouve que l’entreprise a été « contrôlée » : elle présente donc les assurances nécessaires pour être jugée garante de l’environnement. Pour un client, c’est donc une sécurité supplémentaire sur le bon déroulement de ses travaux.
  • Un taux de TVA avantageux de 5,5 % qui s’applique sur la prestation réalisée (main-d’œuvre) et sur l’achat des marchandises (fournitures).
  • Permet de demander des crédits d’impôts et de pouvoir être éligible à l’éco-prêt à taux zéro. L’État s’appuie donc sur cette norme pour accorder des aides financières aux ménages.

Grâce à la norme RGE, les ménages peuvent réaliser des économies d’énergie en rénovant leur logement : nouveau chauffage, isolation des combles, nouvelles menuiseries pour améliorer son confort de vie tout en ayant un coût de travaux maîtrisé.Une entreprise qualifiée RGE, fait preuve de compétence et de fiabilité pour la réalisation des travaux. Elle apporte l’assurance d’une réponse adaptée aux caractéristiques techniques du projet du client. Leur fiabilité est pour le client une sécurité en termes de démarches administratives et de service que comportent les travaux.

 

Sources : Total Direct énergie ; annuaireartisanrge.fr

read more
admin2542Qu’est-ce qu’une entreprise certifiée RGE ?

Rénovation énergétique : quels impacts sur la santé ?

by admin2542 on 18/12/2019 No comments

Lorsque nous évoquons les raisons qui poussent les ménages à entamer un projet de rénovation énergétique, les économies d’énergie sont en premier lieu mises en avant. Améliorer la performance énergétique d’un logement améliore aussi la qualité de vie et le bien-être du ménage. Isoler les combles de son habitation permet par exemple de réduire de près d’un tiers les dépenses en énergie de chauffage.

Éviter les problèmes respiratoires

Il existe tant d’autres bonnes raisons de procéder à la rénovation énergétique de son logement. L’isolation, notamment, permet de contrer le froid et d’éviter les éventuels courants d’air pouvant entraîner des rhumes souvent vécus lors des saisons froides ou autres soucis respiratoires tel que l’asthme. Préserver une chaleur confortable et homogène dans son habitation est le meilleur moyen de rester en forme tout au long de l’année.

Selon une étude de l’ADEME, l’air intérieur qui circule dans les pièces est souvent plus pollué qu’à l’extérieur. Cela est dû aux composés volatils polluants qui proviennent des produits ménagers du quotidien, ou des composants de bougie ou encens. Changer la ventilation est donc primordial pour la santé pour renouveler l’air pollué car certaines de ces composantes peuvent être nocives pour la santé.

Réduire la fatigue et le stress

Nous n’y pensons pas assez mais la rénovation énergétique de son bien peut améliorer son sommeil. En effet, il est plus difficile de bien dormir lorsque il fait froid dans son logement. Ainsi, c’est une fatigue globale qui peut se faire ressentir à terme, développant des tensions et du stress qui ont un impact négatif sur notre santé. 

La rénovation énergétique pour améliorer la qualité de vie

Rénover son logement, c’est aussi améliorer son confort. Si vous avez du mal à dormir la nuit, cela impacte vos journées. Une bonne isolation limite par exemple les nuisances acoustiques. On peut grâce à cela éviter des bruits venant de l’extérieur, mais aussi des cris ou des bruits de pas au sein de l’habitation. Vivre dans un environnement plus calme permet de se sentir bien chez soi et de réduire le stress quand nous savons que nous passons en moyenne 256.2 heures par mois chez soi. (Source : Les clés du midi)

 

Considérer les bénéfices de la rénovation énergétique dans leur ensemble

Rénover énergétiquement son logement c’est une démarche qui ne doit pas seulement prendre en compte les avantages économiques : il faut également que la rénovation serve à l’amélioration du pouvoir d’achat, contribue à la préservation de la santé du foyer et garantie la valeur du logement à long terme.

Un projet de rénovation énergétique réussi doit donc améliorer les performances énergétiques du logement en prenant en compte les habitudes de vie du foyer afin d’éviter les problèmes et améliorer son confort.

La rénovation énergétique bénéficie d’autant plus d’aides de l’Etat

 

 

Rénover plutôt que de construire

Source : planbatimentdurable.fr

Rénover son logement, c’est aussi réduire son impact écologique : rénover pollue beaucoup moins que de construire du neuf : pour 1 m² de bâtiment construit, on émet 1,5 tonne de CO2 et 7% des émissions de CO2 dans le monde proviennent du ciment. (Source : Colloque Défis Bâtiment Santé)  De plus, le nombre de logements à rénover est estimé à 20 millions et cela avant 2050.

Au cœur d’un environnement sain, vous pourrez alors profiter durablement des économies d’énergie réalisées.

 

 

Sources : Quelle énergie, l’énergie tout compris

read more
admin2542Rénovation énergétique : quels impacts sur la santé ?

Relooker son meuble en bois ancien

by admin2542 on 11/12/2019 No comments

Vous avez des vieux meubles qui mériteraient un bon relooking pour être au goût du jour ? Découvrez comment les moderniser facilement !

1) Vérifier l’état de votre meuble

Avant toute chose, il ne faut évidemment pas que votre meuble soit trop endommagé. Vérifiez que le bois ne soit pas parasité, que la surface n’est pas abîmée et que le meuble soit stable.

2) Le matériel 🛠

Pour rénover votre vieux meuble, munissez-vous :

  • D’une éponge
  • De plusieurs pinceaux et rouleaux pour la peinture
  • De papier de verre
  • D’un décapant (si votre meuble est déjà peint)
  • De vernis à bois
  • De gants (par précaution)
  • D’un masque (pour se protéger de la poussière du ponçage)

Notre conseil : Rénovez votre meuble en extérieur si cela est possible. Cela évitera d’inhumer de la poussière et d’avoir l’odeur de peinture dans votre intérieur.  

3) Poncer votre meuble 

Pour remettre votre meuble à l’état brut, poncez-le avec le papier de verre ou une ponceuse électrique si votre meuble est volumineux. Si votre meuble est déjà peint, utilisez un produit décapant en l’appliquant sur le meuble au pinceau. Passez ensuite un coup de papier de verre pour enlever les restes de peinture.

4) La peinture 🖌

Choisissez une peinture ou un vernis spécial bois à la couleur souhaitée. Attention ! Appliquez deux couches de peinture/vernis : cela permettra à celle-ci de durer dans le temps et donnera un aspect encore plus fini à votre meuble.

Notre conseil : Entre les deux couches de peinture ou vernis, poncez très légèrement votre meuble afin de lisser les aspérités causées par la première couche de peinture. Ainsi, la deuxième couche adhérera mieux !

5) Décorer le bois

Pour décorer votre meuble, plusieurs solutions s’offrent à vous : motifs dessinés à la peinture, pochoirs pour créer une frise ou effet craquelé grâce à des peintures spéciales viendront embellir votre meuble.

6) Protéger votre meuble

Pour terminer votre meuble, passez un produit de protection. En fonction du rendu souhaité, choisissez un vernis mat, brillant ou satiné. Cela protégera votre meuble et apportera une finition parfaite à la surface.

Et voilà ! Votre vieux meuble démodé a retrouvé sa jeunesse d’antan tout en étant plus moderne.

Si vous n’avez pas de vieux meuble mais que le concept de relooking vous plaît, vous avez plusieurs possibilités pour en dénicher :

  • Chez Emmaüs : L’occasion de trouver votre bonheur tout en faisant une bonne action puisque les ventes sont directement reversées à la fondation Abbé Pierre.
  • Dans les vide-greniers et brocantes : L’endroit idéal pour trouver des vieux meubles à restaurer pas cher ! Et en plus, vous pouvez négocier facilement.
  • Sur eBay : Un site complet qui regorge d’objets anciens et insolites.
  • Dans les dépôts-ventes : Pratique pour trouver de vieux meubles abandonnés par leurs propriétaires. Il y a une commission prise par les gérants mais il est assez simple d’y trouver votre bonheur à des prix intéressants.
  • Sur les trottoirs et encombrants : Sûrement le meilleur moyen de dénicher LE meuble à rénover qui fera des jaloux une fois relooké.

 

Source : Le journal des femmes -déco-

read more
admin2542Relooker son meuble en bois ancien

Le futur Diagnostic de performance énergétique (DPE) met en avant l’énergie finale

by admin2542 on 10/12/2019 No comments

Le diagnostic de performance énergétique (DPE) est en phase de rénovation. Et la future refonte du texte devrait notamment privilégier l’énergie finale par rapport à l’énergie primaire.

Les détails du nouveau diagnostic de performance énergétique (DPE) devraient être parfaitement connus au premier trimestre 2020. Mais quelques informations ont pu être obtenues, par la voix d’Olivier David, chef à la DGEC (du service et de l’efficacité énergétique à la Direction générale de l’énergie et du climat). Il s’est exprimé le 3 décembre 2019 dans le cadre d’un débat de l’Union française pour l’électricité (UFE). “Le DPE doit constituer un vrai guide pour l’ensemble des usagers souhaitant connaître leur consommation”, a-t-il rappelé. “Nous devons pouvoir mesurer le diagnostic de performance énergétique avant et après une intervention”. 

Le Diagnostic de Dépenses Énergétiques

Nouvel avantage compétitif pour l’électricité ?

Le nouveau diagnostic de performance énergétique doit notamment raisonner en énergie finale, c’est-à-dire tenir compte uniquement de l’énergie effectivement consommée par l’utilisateur ; et non pas en énergie primaire.

“C’est l’énergie finale qui est importante pour l’usager, savoir combien il consomme d’énergie et combien il la paie, avec une étiquette énergie assez claire”, estime Olivier David. Il pourrait être considéré dans le futur diagnostic de performance énergétique que les logements classés F et G sont des passoires thermiques, l’objectif 2050 étant de ramener le parc à du A ou du B (la transition de C vers B constituant pour ainsi dire la base du dispositif). “Nous devons par ailleurs décarboner l’énergie que nous consommons et ainsi sortir du fioul et du gaz naturel d’ici 2050.”

Le sujet de la transition énergétique mis en avant

La transition énergétique des prochaines années

Dans le cadre d’une table ronde où plusieurs acteurs se sont interrogés sur les moyens de structurer au plus vite une filière de rénovation énergétique efficace, la transition énergétique a été abordée. “Elle existe déjà, cette filière”, a assuré Emmanuel Gravier, président de la Fédération française des entreprises de génie électrique et énergétique (FFIE). “Les énergéticiens font un boulot formidable, il y a aussi un gros travail des installateurs que nous représentons, nous prenons des tournants incroyables dans la manière de monter en compétences.” Seules limites à cette dynamique : le besoin de main-d’œuvre qualifiée et la visibilité sur les aides. “La transition énergétique et numérique se fera avant les trente prochaines années”, a-t-il également souligné. “Tout va très vite aujourd’hui, on le voit sur le terrain. Dès que les capacités d’investissement sont là, nous réalisons des installations avec des technologies incroyables, du numérique, des énergies renouvelables. Nous vivrons une sacrée révolution avant 2050 !”, a-t-il assuré.

Faut-il exiger une garantie de résultats sur les travaux ? Philippe Pelletier, président du Plan bâtiment durable, trouve l’idée intéressante. “Un travail doit être mené si nous voulons passer à la massification”, a-t-il affirmé. “Il nous faut lutter contre l’éco-délinquance, mais cela ne suffit pas. Nous devons aussi avoir une offre de services sérieuse, groupée, accompagnée de garantie que les promesses des travaux seront bien réalisées.”

Les Français déjà sensibilisés à la dimension carbone

Cela serait d’autant plus important que les ménages seraient en réalité beaucoup plus informés sur le sujet que ce que l’on peut imaginer. C’est du moins ce qui est ressorti de la convention citoyenne pour le climat, qui étudie un weekend sur deux sur les questions de rénovation énergétique. Philippe Pelletier a pu y assister. “Les personnes présentes trouvent que de se limiter à l’efficacité énergétique, sans prendre en compte le carbone, c’est trop court” reconnaissant d’ailleurs que le plan de rénovation énergétique des bâtiments n’avait pas assez tenu compte de l’aspect environnemental. “Les citoyens nous alertent également

planète et énergie

 sur la question de la confiance : nous pouvons mettre à leur disposition toutes les aides possibles et imaginables, s’ils n’ont pas confiance fondamentalement dans ce qui leur est proposé, ils ne se mettront pas en route.”

“La France ne serait pas experte en matière de prise de risque et d’investissement”, ajoute Emmanuel Gravier. Qui rejoint Philippe Pelletier sur l’idée que l’offre doit être soignée et travaillée, portée par des professionnels qui puissent parler aux clients de ce qu’ils vont gagner grâce aux travaux.

Enfin, Olivier David, questionné sur les certificats d’économie d’énergie (CEE), les a qualifiés de “grand outil de l’efficacité énergétique de l’ensemble des filières, dont celle du bâtiment”. Il note un souci carbone de plus en plus marquer dans les diverses opérations engagées, portées par les CEE, notamment les fameux « coups de pouce ». L’État va d’ailleurs lancer une nouvelle opération de ce type sur les copropriétés. Olivier David ajoute « qu’il s’agira d’une aide extrêmement substantielle qui pourra être versée à la copropriété dans son ensemble, avec des objectifs de performance, dans le cadre d’une rénovation globale.

Source : Bâti Actu

read more
admin2542Le futur Diagnostic de performance énergétique (DPE) met en avant l’énergie finale

5 astuces pour une belle table de Noël

by admin2542 on 04/12/2019 No comments

Les fêtes de noël approchent à grand pas et vous rêvez d’une table de noël chaleureuse et raffinée ?

Voici 5 astuces déco pour créer la plus belle table de noël ! 

1. Choisir un thème

Nature, scandinave, contemporaine… À vous de choisir ce qui vous plaît ou qui va bien dans votre intérieur. Pas besoin de tout déménager ! Faites en fonction de votre pièce.

Si vous n’avez pas trop d’idées, faites simple ! Une grande nappe et des assiettes blanches font toujours beaucoup d’effet avec des détails dorés ou argent. Parsemez des décorations scintillantes sur la table, allumez des bougies. Cela suffit à donner la touche festive.

2. Mettre en avant deux couleurs prédominantes

Une table de Noël ne doit pas être trop chargée, il ne faut pas oublier que les convives doivent pouvoir y manger sans être gêné par un surplus de décoration. Inutile donc de la charger en y mettant trop de couleurs. Sélectionnez deux couleurs et faites des essais afin de voir si les deux s’accordent bien. Le vert et le rouge sont les couleurs traditionnelles de Noël. Pour l’originalité, il est possible de marier le rouge avec l’or, le doré ou encore le blanc (assiette, nappe). Dans un style plus recherché, le rose saumon et l’argenté s’accommodent parfaitement. Et pour rester sobre et classique, le blanc et le noir peuvent être aussi mis en scène. En général, il y a toujours une touche d’or ou d’argent pour le côté festif et raffiné.

3. Miser sur la lumière

Noël, ça évoque les lumières, les guirlandes, les bougies… Alors n’hésitez pas à faire de votre table un vrai sapin de Noël : disposez un peu partout des petites bougies, un ou deux chandeliers et pourquoi pas une petite guirlande discrète. Cela apportera un côté chaleureux à votre table !

4. Réaliser un centre de table

La table de Noël est l’occasion de créer sa propre décoration maison. Laissez libre cours à votre imagination : misez sur le houx, emblème de Noël, par exemple. Il faut que le centre de table représente Noël dans toute sa splendeur. Si vous n’êtes pas inspiré, pas d’inquiétude ! Un joli vase rempli de boules de Noël fera l’affaire. N’oubliez pas que le centre de table ne doit pas gêner le service ou les invités.

5. Gâter ses invités

Pour réussir son repas de Noël est être original, rien de tel que de chouchouter les invités ! Offrez-leur un petit cadeau qui leur fera plaisir à coup sûr. Une petite attention comme un petit bonbon, un petit objet de déco, une petite fleur… Empaquetée ou pas, l’attention les touchera !

Réaliser ses cadeaux de table sois-même 

read more
admin25425 astuces pour une belle table de Noël

La rénovation d’un logement apporte-t’elle une plus-value ?

by admin2542 on 03/12/2019 No comments

Aujourd’hui, sur le marché immobilier, nous pouvons voir qu’un logement ancien énergétiquement performant se revend cher, mais un logement dit passoire thermique perd de la valeur. Alors, partant de ce constat, est-ce que la rénovation énergétique est un moyen d’engendrer de la plus-value immobilière ? Dans cet article, découvrez :

La notion de valeur verte

La prime aux maisons vertes

Le cas des appartements

Pourquoi rénover auglente la plus-value d’un logement

Les aides pour les travaux de rénovation

Les obligations à venir pour les biens à louer

 

● La notion de valeur verte

Diagnostic de performance énergétique (DPE)

Un logement ancien qui est performant d’un point de vue énergétique bénéficie d’une réelle plus-value, étant plus écologique. C’est ce qu’on appelle la valeur verte. La valeur verte correspond à l’augmentation de valeur engendrée par la meilleure performance énergétique et environnementale d’un bien immobilier par rapport à un autre. On en parle de plus en plus aujourd’hui, l’écologie entrant progressivement dans les mœurs. On peut voir cela également grâce aux diagnostics de dépenses énergétiques (DPE) qui classe les biens anciens de A à G (A étant la notation la plus économique en énergie et G étant la passoire thermique.).

● Prime aux maisons vertes

Selon l’étude des Notaires de France, parue en Octobre dernier, les maisons anciennes qui obtiennent un A ou un B sur leur DPE se vendent (selon les régions) de 5 à 11 % plus cher que celles qui sont classées D. Alors que celles qui obtiennent un F ou un G voient leur valeur chuter de 6 à 19 %. Pour information, le quart des ventes enregistrées en 2018 porte sur des biens étiquetés A, B ou C alors que les biens classés E, F ou G représentent 39 % des transactions.

● Et les appartements ? 

Du côté des appartements, pas de décote entre les étiquettes D et les F ou G, La raison de cette différence : les appartements sont le plus souvent situés dans des secteurs tendus, où le DPE est moins impactant sur le prix. En revanche, les logements A ou B bénéficient d’une vraie valeur verte. Ils valent plus cher que leurs homologues D pratiquement partout en France, avec des primes qui varient de 5 % (Centre-Val-de-Loire) à 15 % (Occitanie, Normandie).

Oui, rénover augmente la plus-value d’un logement (en plus des économies d’énergies) 

Rénover son logement pour qu’il soit plus performant énergétiquement, est-ce que cela vaut le coup ? Oui, selon le coût des travaux. Pour gagner une classe sur le DPE en maison, il faut souvent dépenser dans les 15.000 €. Une somme qui grimpe en fonction de la qualité énergétique du bien et des solutions techniques retenues. Une pompe à chaleur coûte trois fois plus cher qu’une chaudière à condensation, par exemple. En bref, la rénovation énergétique d’un logement apporte une plus-value variable plus ou moins selon la nature de la rénovation.

Des aides pour les travaux de rénovation

Les aides de l’Etat à la rénovation peuvent réduire le coût des travaux, en maison comme en copropriété. Jusqu’à la fin de l’année, il est possible de bénéficier du crédit d’impôt transition énergétique (CITE), de primes de l’Agence nationale de l’amélioration de l’habitat (Anah), de l’éco-PTZ, d’une TVA à taux réduit ou encore des certificats d’économies d’énergie. Le système sera simplifié en 2020, avec, par exemple, une Prime Renov’ pour les ménages modestes et très modestes et un crédit d’impôt pour les autres. Des aides intéressantes qui devraient au moins contribuer à améliorer le confort et à réduire les factures d’énergie : ce sont ces objectifs que visent en priorité les Français qui se lancent dans des travaux de rénovation.

Force est de constater que la valeur verte d’un logement prend de l’importance, les prix de l’immobilier dépendent pour beaucoup de l’emplacement, puis de l’état général. Mais les choses pourraient bien changer avec la lutte que le gouvernement engage contre les passoires thermiques. En 2028, les biens anciens classés F ou G seront interdits. Leurs propriétaires devront les rénover et leur faire gagner des classes de DPE pour les rendre vendables.

Dès 2021, des obligations pour la performance énergétique des biens à louer

Du côté des bailleurs, ils devront respecter toute une série d’obligations pour améliorer la performance de leurs logements. Dès 2021, ils ne pourront augmenter le loyer en zone tendue que si leur bien consomme moins de 330 kWh/m²/an, ce qui exclut les étiquettes F et G. En 2023, un bien ne pourra être mis en location que s’il respecte ces conditions. Une réglementation stricte qui devrait permettre à ces logements de gagner en performance, donc en valeur verte.

Pour mettre en place une rénovation énergétique chez soi, l’idéal reste de s’entourer de professionnels à toutes les étapes, dès lors que l’on commence à se positionner sur les travaux les plus pertinents à faire.

Source : Geoplc

 

Source : pap.fr

read more
admin2542La rénovation d’un logement apporte-t’elle une plus-value ?

Créer sa table basse en palette de bois

by admin2542 on 27/11/2019 No comments

Envie d’une déco faite maison et personnalisée ? La palette de bois est là pour ça !

Peu coûteuse et facile à bricoler, elle vous permettra de créer des meubles originaux : commode, table, fauteuil ou même lit, la palette se décline au grès de vos envies et de votre créativité !

Utiliser le bois pour décorer son intérieur

Très tendance et chaleureux, le bois, matériau noble et authentique, s’invite dans nos foyers pour une décoration naturelle et apaisante qui se marie parfaitement avec le style industriel, par exemple.

Découvrez comment réaliser votre table basse en palette dans le tuto qui suit. 

  • Une palette de bois
  • 4 roulettes (2 fixes et 2 pivotantes)
  • Des cornières métalliques
  • Des tasseaux en bois
  • Une planche de contreplaqué (médium)
  • Un jeu de clé à pipe
  • Une scie sauteuse
  • Un marteau
  • Un burin
  • Des vis à bois
  • De la colle à bois
  • Une ponceuse électrique
  • Des pinceaux et rouleau pour peindre
  • Pot de vernis à bois teinte au choix
  • Pot de vernis à bois incolore

 

 

  1. Pour commencer, préparez les supports : poncez la palette pour enlever les aspérités.
  2. Un fois le bois lissé, retirez la planche centrale du dessous à l’aide du burin.
  3. Ensuite, découpez la planche de contreplaqué et venez l’insérer sur le dessous de la palette.
  4. Puis découper les tasseaux de bois et les insérer sur le dessus.
  5. Appliquez la peinture de votre choix sur les tasseaux.
  6. Venez ensuite fixer la planche de fond et les roulettes.
  7. Puis appliquez le vernis sur la palette pour apporter une belle finition.
  8. Collez les tasseaux sur la palette et vernissez-les.
  9. Enfin, posez les cornières en acier sur les bords du plateau supérieur de la table.

 

Réalisez le tuto en vidéo :

Et le tour est joué ! Profitez de cette table basse personnalisée qui viendra embellir votre salon. 

read more
admin2542Créer sa table basse en palette de bois